Résultat de recherche d'images pour "photo de panier de légumes"

Jardiniers et promeneurs, attention !!

 

  

A la berce du Caucase

La berce du Caucase produit une toxine phototoxique appelée xanthotoxine, (photo toxique signifie qu'elle réagit si on l'expose à la lumière).

 

Cette toxine, présente dans la sève, provoque des inflammations et des brûlures de la peau.

 

Si l'on n'expose pas à la lumière la zone infectée pendant plusieurs jours, la réaction

ne se déclenche pas. La sève est incolore avec une odeur très caractéristique due à la furanocoumarine.

Les cloques provoquées peuvent atteindre la taille d'une pomme de terre.

Les séquelles de la phototoxicité de la sève de la berce du Caucase n'apparaissent qu'après plusieurs heures et peuvent persister durant des années.

 

En cas de contact de la peau avec de la sève, il faut éliminer la sève le plus rapidement possible, en prenant soin de ne pas étendre la surface de la zone touchée :

·          -  enlever la sève de la peau avec un papier absorbant sans frotter

·            - puis laver au savon, et rincer abondamment à l'eau l'endroit atteint

·          - ensuite, il faut éviter l'exposition de la zone touchée à la lumière durant plus de     48 h, le temps de la disparition de l'effet photo-sensibilisateur

·          - si les yeux sont atteints, les rincer abondamment à l’eau claire puis porter des      lunettes de soleil pour réduire leur exposition à la lumière et consulter un médecin  immédiatement.

En cas de contact important, ou si un enfant est atteint, consulter sans tarder un médecin ou le centre antipoison pour tout conseil approprié.

L'éradication de la berce du Caucase nécessite le port d'un équipement approprié permettant d'éviter tout contact de la peau, des mains et des yeux avec sa sève,(salopette imperméable à la sève, gants en plastique à manches longues, lunettes de sécurité contre les projections de sève dans les yeux).

Prévisionnel de nos manifestations 2019

 

                    

                      

                      

1.                       9 février, AG des Jardiniers Charentais à Rivières

2.                       23 février, La Rochette, taille et greffe

3.                       30 mars démo broyage jardin respectueux

4.                       6 avril, Troc de printemps à St Yrieix

5.                       14avril Cellefroin

6.                       21 avril Jauldes

7.                       27 avril, Charras, démo broyeur

8.                       28 avril, La Couronne  

9.                       4 mai, Animation Gamm-vert Bouex 

10.                   11 et 12 mai, les floralies, Ruffec

11.                   Du 19 juin au 6 juillet, expo à St Yrieix

12.                   02 juillet conférence de Daniel LYS

13.                   7 septembre, Cellette, La ferme d'Yvonne, démo broyage.

14.                   5 et 6 octobre, La Quintinie, Chabanais.

15.                   12 octobre, Montembœuf, journée Tous au jardin, démo broyage

Actualité
 

Jardinage de printemps

Oubliez le Roundup

 

  Le principe actif du Roundup de Monsanto (glyphosate), un des pesticides les plus utilisés au monde, vient d’être classé cancérogène probable pour l’homme. Une raison supplémentaire pour renoncer au désherbage chimique polluant. Lire la suite, cliquer sur le lien

ci-dessous...


 http://www.quechoisir.org/environnement-energie/risque-environnemental/actualite-jardinage-de-printemps-oubliez-le-roundup?utm_medium=email&utm_source=nlh&utm_campaign=nlh150326

Frelons Asiatique, un fléau pour les abeilles.

 

Aucune région ne sera épargnée même au nord de la Loire.

Cela va en empirant chaque année.

Leur progression atteint maintenant la Belgique et les Pays Bas.

 

En étudiant le cycle de vie de ce frelon,

on s'aperçoit que nous pouvons agir très utilement et individuellement contre le fléau.

En effet, les nids construits dans l'année se vident de leurs habitants en hiver

car l'ensemble des ouvrières et des mâles ne passent pas l'hiver et meurent.

Seule les reines et jeunes reines se camouflent,

dans les arbres creux, sous des tas de feuilles, dans des trous de murs etc…

Elles n’en sortent que courant février et recommencent à s'alimenter.

C'est à ce moment que nous pouvons agir.

En disposant dans nos jardins et en ville sur nos balcons,

des pièges pour attraper ces futures fondatrices de nids.

1 reine = 2 000 à 3 000 individus…

Pour fabriquer ces pièges, il suffit de récupérer des bouteilles plastique d'eau minérale,

de percer trois trous, puis de verser à l'intérieur 10 centimètres d'un mélange

composé de 1/3 de bière brune, 1/3 de vin blanc (pour repousser les abeilles)

et de 1/3 de sirop de cassis.

Il suffit de laisser en place ces pièges de la mi-février à fin avril.

 

Vous pouvez bien sûr prolonger l’opération jusqu'à l'arrivée du froid…

Changer la mixture de temps en temps

et surtout brûler les occupants car ils ne sont pas toujours morts,

sortis du piège, ils peuvent se réveiller et repartir.

Merci de votre lecture et à vos pièges !

 

L'an passé avec 1 seul piège : 72 reines ont été éliminées…

Vidéos du 5 mars 2016, La Rochette.

 

Vidéos réalisées, lors de la journée taille et greffe organisée par les Jardiniers Charentais.

La vidéo où Christiane ROUX, greffe à l'Anglaise: vidéo CR

 

La vidéo où Raymond BUISSON, greffe en incrustation: vidéo R